weitere anzeigen
weniger anzeigen

Acheter un cheval seul ou à plusieurs ?

L’achat d’un cheval n’est pas sans conséquence financière. Il y a bien entendu le prix d’achat du cheval en lui-même, mais également ce qui coûtera vraiment sur le long terme sera le prix mensuel de la pension, mais aussi les à-côtés; les frais vétérinaires, maréchal, ostéo, le matériel (selle, bride, couvertures..), éventuellement une assurance.

 
Alors on peut trouver une solution en divisant ces frais et en achetant un cheval avec une ou plusieurs autres personnes. Les frais se trouvent divisés en conséquence, mais attention de bien mettre au clair, et si possible par contrat écrit, tous les différents points spécifiques au préalable. Bien s’entendre et se comprendre avec l’autre personne est très important, pratiquer l’équitation avec le même point de vue est indispensable pour ce type de co-propriétés. Si l’un des propriétaires veut absolument un cheval pieds nus et pratiquer du saut d’obstacles et l’autre pratique du reining avec les fers spécifiques que cela comporte, ça ne collera bien évidemment pas du tout.

 
Après il faudra trouver LE bon cheval qui plaira aux futurs propriétaires. Et là il faudra tomber d’accord et que le cheval provoque le coup de coeur pour tout le monde. Une fois le cheval trouvé, il y a l’endroit de la pension. Là aussi il faudra s’accorder sur le mode de détention: boxe, boxe-terrasse ou stabulation, et les infrastructures: carré de sable, manège, balades à proximité. Il faudra également définir les jours où les différentes personnes s’en occuperont. C’est une organisation, mais qui peut très bien fonctionner si tout le monde est un peu flexible et la bonne entente entre les propriétaires est de mise.

 
Il n’est pas rare de voir des co-propriétés de chevaux dans le cadre des chevaux de concours ou de courses. La propriété du cheval se divise en plusieurs parts, ce qui permet à chaque propriétaires d’avoir ainsi une part sur plusieurs chevaux à moindre frais.

 
Acheter un cheval seul c’est aussi faire ce que l’on veut quand on veut. Nul besoin de demander quoique ce soit à quelqu’un quand une décision doit être prise, ce qui laisse une grande liberté. Cependant, il faut avoir l’argent et le temps de s’occuper de son cheval à plein temps. Il y a aussi une alternative qu’un propriétaire peut trouver: un quart ou une demi-pension. Dans ce cas, le cheval reste sous la propriété d’une seule personne, mais une aide au niveau du temps et de l’argent est trouvée. Le quart ou demi-pensionnaire monte le cheval de manière fixe contre une participation financière. Cependant, celle-ci n’aura pas de pouvoir de décision quant au cheval, le propriétaire reste seul décisionnaire. 

 
Dans tous les cas de figure, l’achat d’un cheval et les frais y relatifs ne sont pas sans conséquence. Quand on en achète un, il faut bien penser qu’il faudra l’assumer pendant plusieurs années. Il faudra également penser au jour où il ne sera plus montable et qu’il faudra assumer sa retraite. 

Tags: Odile Kuchen
Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2019 par equinet.ch