Assez avec l'ennui !


Parfois, le travail en manège peut devenir barbant autant pour le cheval que le cavalier. Pour varier un peu et changer le décor, rien ne vaut une sortie en extérieur ! Et on peut y travailler autant intensément que sur la piste du manège. Voici cinq idées à exploiter :

 

1. Le dénivelé


Les montées ainsi que les descentes sont bénéfiques à la musculation du cheval. Le principe est simple ; en montée, c'est surtout l'arrière-main qui travaille, et en descente l'avant-main sera plus sollicité que le reste. Dans les deux sens, le dos sera bien travaillé. On utilise souvent les dénivelés pour remuscler le dos du cheval. Les montées peuvent se faire au pas, trot ou galop. Néanmoins, le pas sera l'allure qui demandera le plus de travail au cheval.


2. L'endurance


Les chemins extérieurs sont favorables au développement de l'endurance du cheval. Le simple fait de varier les terrains et le dénivelé les aide déjà beaucoup. Là où nous allons aussi gagner au bon  développement du cheval, c'est de tenir sur de plus longues distances. L'endurance permet de développer une forte et solide musculature pour le reste du travail. Le souffle travaillera aussi, ainsi que le mental. Nul besoin de courir la moitié du chemin, une longue sortie au pas suffira à entretenir et développer les muscles sans risques de blessures dûes à un mauvais échauffement ou à un effort trop élevé pour le cheval. Ainsi, les bases de la musculature seront solides.

 

3. Varier ses allures


Les variations d'allures aident au développement d'une bonne musculature. Mais parfois, travailler les variations dans un manège en tournant en rond devient vite lassant et répétitif. Alors pourquoi ne pas profiter des longs chemins en forêt pour s'entrainer ?

Les variations peuvent se faire d'une allure à l'autre, comme dans la même allure. Il est important de varier à la fois l'allure et la vitesse de celle-ci. Les exercices ne sont pas compliqués ; il s'agit de passer rapidement du pas au trot, du trot au pas, du trot au galop, etc... L'idée est de varier un maximum en ne restant que quelques mètres à chaque allure. Le fait de devoir changer fréquemment oblige le cheval à pousser sur l'arrière-main, autant pour accélérer que pour freiner. Ainsi, la croupe, le dos, les abdos, les postérieurs seront bien développés.

L'exercice se fait de la même manière dans la même allure. Dehors, nous pouvons donc varier un maximum sans s'embêter à tourner en rond !


4. Améliorer le cardio


Un cheval bien entraîné est un cheval qui a du souffle ! Un bon souffle permet de travailler plus intensément, plus calmement et plus longtemps.

Pour se faire, tout se passe exactement comme chez l'humain ; il faut se faire une bonne condition physique ! Le cheval est pareil que l'homme, il a besoin de s'entraîner pour avoir une meilleure condition. Faire de longs trottings en extérieur, sur la durée et l'intensité de l'allure, va permettre au cheval de déployer au maximum son cardio ! Plus le cheval est entraîné, plus on tiendra longtemps le rythme et l'allure sans se fatiguer !

L'exercice peut aussi naturellement se faire au galop de la même manière que le trot.

 

5. En ligne droite, c'est plus simple quand on apprend!


Le travail du jeune cheval peut se faire en partie sur les chemins de promenades. Les avantages sont nombreux. Tout d'abord, il n'y a pas de coins. Les premières foulées de trot et de galop sont souvent compliquées dans un paddock ou un parc restreint. En ligne droite, ça va, mais dès que ça tourne, au secours !

Une fois que les bases sont là, il est plus simple pour le cheval d'apprendre à connaitre ses allures en ligne droite, et à nouveau les chemins extérieurs se prêtent parfaitement à cet exercice !

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2019 par equinet.ch