weitere anzeigen
weniger anzeigen

Soigner un cheval : les différentes méthodes de donner un médicament

Il existe de nombreuses méthodes pour administrer un médicament à votre cheval. L’objectif du médicament (une action locale ou systémique), la durée du traitement ainsi que le tempérament du cheval influent sur la méthode du traitement. 

Il est important de toujours choisir la méthode la plus sûre et la moins dangereuse, pour le cheval comme pour son soigneur. 


Un petit aperçu des différentes méthodes d’administrations :


Entérale (en passant par le tube digestif) 
Per Os (Dans la bouche) 
A l’aide d’une sonde naso-gastrique (sonde gastrique, soit directement dans l’estomac) 
Rectal (sous forme de suppositoire par exemple) 

 

2. Parentérale (en contournant le tube digestif) 

Sous cutanée (s.c)
Intramusculaire (i.m) (dans le muscle)
intraveineux (i.v) (dans la veine)
Intraarteriel (i.a) (dans l’artère)
Intraarticulaire (dans l’articulation)
Intranasal (dans le nez)
… 

3. D’autres méthodes

Par inhalation 
Percutane (sous forme de spray ou pommade à appliquer sur la peau)

 

Voyons un peu ensemble certaines méthode plus en détails. 


L’application Per Os

L’application orale est une méthode peu invasive, souvent choisie pour un traitement sur une longue durée et dans lequel les médicaments sont à administrer par le propriétaire du cheval. C’est souvent un traitement moins chère que les autres formes. 

Les médicaments peuvent être donner directement dans la bouche (sous forme de pâte ou de cachet) ou dans la nourriture (sous forme de liquide ou de poudre). 

Veillez cependant à placer le produit bien au fond de la bouche, pour éviter d’en perdre une partie. Vous pouvez également relevez la tête du cheval jusqu’à ce qu’il ait finit d’avaler. 

Si vous choisissez de lui donner dans la nourriture, humidifiez celle-ci et mélangez bien. Les chevaux sont des gourmands sélectifs. Ils n’hésiteront pas à trier et à laisser dans la gamelle uniquement les médicaments. Soyez créatifs (cachez le comprimé dans une pomme ou une carotte par exemple). 

Soyez vigilant avec les médicaments à donner sous forme de poudre, si vous n’ humidifiez pas la ration, il soufflera dessus en mangeant avec les narines. Vous pouvez également prendre une grande seringue mélanger la poudre avec un peu d’eau ou autre liquide appétissant et lui mettre directement dans la bouche. 

Conseil : Favorisez les petites quantités de nourriture dans un premier temps pour être sûr que le cheval finisse toute sa ration. Vérifiez que le traitement à bien était pris dans son intégralité.  

 

L’application à l’aide d’une sonde naso-gastrique 

Cette méthode est essentiellement utilisée par le personnel soignant (en clinique par des vétérinaires ou assistants). Elle permet de vérifier le contenu de l’estomac et de le rincer en cas de nécessité. Dans le cas ou le patient ne mangerai pas du tout, la sonde permet également de nourrir (poulains par exemple). 


A quoi ressemble cette sonde? 

Pour les personnes chanceuses qui n’ont jamais eu un cheval souffrant de colique, voila une brève explication. 

Il faut s’imaginer une sonde comme étant un tuyau en plastique transparent avec un diamètre plus ou moins grands (9 à 19 mm) et de longueurs différentes (210 -300cm) en fonction de la taille du patient. Ce tuyau est ouvert aux deux bouts. Le bout allant dans l’estomac a en plus de l’ouverture, deux petits trous. 

Pour les poneys et les poulains privilégiez les petites sondes.  


Comment est placée la sonde? 

Le cheval est debout, il peut être sédaté s’il s’agite beaucoup, mais cela n’est pas forcément nécessaire, un tord nez sera peut être suffisant. 

La sonde passe par les naseaux, il traverse le pharynx, passe dans l’oesophage pour enfin finir dans l’estomac. 


En plaçant cette sonde, le cheval peut se mettre à saigner. Pas de panique cela arrive assez facilement, car en passant la sonde, il se peut que le vétérinaire heurte contre une partie assez sensible (Ethmoid) et qui se met à saigner assez rapidement.

Avant de placer la sonde, elle est mise dans un bac d’eau chaude, pour augmenter sa flexibilité et donc pouvoir mieux la manier. Elle sera également enduite de lubrifiants pour faciliter l’introduction. 


Important : Avant d’appliquer les médicaments avec la sonde, il est nécessaire de faire un lavement d’estomac.  


L’application rectale de médicament 

Cette méthode n’est que très peu utilisé dans le monde équestre. L’avantage de cette méthode étant que le foie est contourné. Le gros désavantage cependant étant que le cheval à tendance à le rejeter assez rapidement. 


L’injection de médicament 

Pour cela, il est essentiel de bien fixé le patient. Si le patient n’est pas très coopératif, vous pouvez avoir recourt au tord nez par exemple. Sinon patience et calme sont les mots clés pour cette application. Le matériel utilisé est à usage unique et doit être stérile. Si le produit à injecter est très visqueux, il est préférable de prendre une aiguille avec un plus gros diamètre. Dans tous les cas: choisissez l’aiguille la plus petite avec laquelle il est possible de travailler dans la situation. 

Pour chaque nouvelle injection, changez d’aiguille. D’une part cela permet de garder un aiguille bien affutée mais également de travailler dans de meilleures conditions d’hygiènes. 

Préparez le patient : Tondre la zone ou vous souhaitez injecter et désinfecter avec de l’alcool à 70 % par exemple. 

Sans tondre vous n’arriverez pas à désinfecter, au mieux la zone sera un peu plus propre. 


L’injection sous cutanée 

Le cheval y est très sensible, c’est pour cette raison mais également parce que le temps d’absorption des médicaments n’est pas exactement connu que cette méthode n’est pas très utilisée dans le domaine de la médecine équine. 


En ce qui concerne la technique pour une injection sous cutanée il s’agit de prendre un pli de peau au niveau de l’encolure du cheval. Le pli de peau permet de tenir le cheval et ainsi avec votre autre main placé l’aiguille parallèlement à la peau puis piquer. Une fois l’aiguille insérer, vous pouvez relâcher le pli de peau, avant d’injecter le produit, vérifier toujours la position de celle ci. Pour cela il est possible d’essayer de sentir l’aiguille sous la peau en caressant le cheval mais également en aspirant légèrement. L’aspiration libère une petite bulle d’air, si ces deux conditions sont remplies, vous pouvez alors injecter le produit. L’injection doit se faire sans grande force si celle ci nécessite plus de force assurez vous à nouveau que l’aiguille soit bien positionner. 

 
L’injection intra-musculaire


Souvent abréger i.m. par l’équipe médicale, cette méthode est fortement contre-indiqué chez les patient souffrant de coagulopathie (Patient n’arrivant plus à coagulé (à arrêter de saigner)). L’absorption des médicaments est plus rapide qu’avec d’autres méthode d’application. 

Plusieurs possibilité s’offre à vous pour l’endroit de l’injection:

  • A l’arrière, de part et autre de la queue du cheval, cependant attention au chevaux ayant tendance à botter, cette technique est alors à éviter
  • Le poitrail, à gauche ou à droite au point le plus bas des M. Pectoraux. Cette zone est uniquement utilisée pour des injection de petit volume
  • L’encolure, à gauche ou à droite peu importe, l’injection doit se faire dans un triangle (imaginaire). Pour s’imaginer les limites repérer la colonne vertébrale, placer votre main en dessous de la crinière et devant l’épaule. Si vous n’êtes pas sur de vous, demandez à votre vétérinaire.  

La technique est simple, prenez un pli de peau ou donnez plusieurs petites tapes non loin du lieu  souhaité pour l’injection. Ceci permet surtout de distraire le cheval avant l’injection, elle n’a pas de signification médicale. L’aiguille est injecté perpendiculairement contrairement à l’injection sous cutanée ou l’aiguille doit être injecté parallèlement à la peau. 

Avant d’injecter le médicament, aspirez. Si du sang est aspiré, il est nécessaire de changer d’endroit. A chaque nouvelle injection, changer d’aiguille (pour l’hygiène mais également parce que les aiguilles à usages uniques s’émoussent rapidement). 

Veillez à ne pas injecter plus de 20 ml de produit par point d’injection. Changer le coté de l’encolure si les injections sont à réaliser sur plusieurs jours afin de ne pas fragiliser de trop les muscles en dessous.  


Injection intra veineuse

Abrégé i.v. par le corps médicale, cette injection est surtout réalisée au niveau de la V. Jugulaire (droite ou gauche), cependant il est bon de savoir que la V. Thoracique externe ou la V. Céphalique antebrachii peuvent également être utilisées. La veine jugulaire peut être plus ou moins facile à mettre en évidence, par exemple en hiver (pelage d’hiver) ou chez les chevaux de trait. 

Les indications pour une injection i.v. 

L’état du patient est très critique et nécessite une action très rapide du médicament (colique, état de choc, infection aiguë, ödem pulmonaire) 
Si le médicament ne peut être appliquer d’une autre façon
Si le volume à injecter est important 

Avant toute application, comparer la veine jugulaire droite et gauche, choisissez celle que vous voyez le mieux. Pour visualiser la veine jugulaire, effectuer une compression au niveau de la gouttière jugulaire, la veine va alors se remplir et apparaîtra plus distinctement. Il est également possible de faire lever la tête du cheval par une tierce personne et d’humidifiez les poils de la zone en question avec de l’alcool. 

Prélevez directement au dessus de la zone de compression, après avoir bien désinfecter et de préférence dans le Tiers le plus haut de la gouttière jugulaire. Dans le tiers le plus haut se trouve le plus d’espace entre veine et artère et donc moins de risque d’injecter ou de prélever dans l’artère. Si vous n’êtes pas sur de vous, attendez le personnel médical, car une injection dans l’artère au lieu de la veine, peut être fatale au cheval. 

Au moment d’insérer l’aiguille, le sang doit sortir immédiatement, si le sang sort sous forme de jet et par pulsation, vous vous trouvez dans l’artère. Le sang dans la veine sort doucement sous forme de gouttes à gouttes. Avant de retirer l’aiguille arrêter la compression en dessous, et commencer à faire la compression au dessus de l’aiguille puis retirer la. Maintenez la compression encore quelques minutes. 

 
Les complications ne sont pas rare après une injection dans la veine jugulaire, il est important de travailler de manière hygiénique et de surveiller tout signe d’inflammation après la ou les injections pendant plusieurs jours. Les signes d’inflammations sont les suivant : chaleur, gonflement et douleur à la palpation. Si votre cheval montre des signes demandez conseil à votre vétérinaire pour agir au plus vite. 

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2020 par equinet.ch