weitere anzeigen
weniger anzeigen

En selle pour une nouvelle saison!

La fin de l'hiver approche, les jours recommencent à durer plus longtemps, les derniers week-ends de ski pointent bientôt le bout de leur nez... Et avec tout ça, on n'oublie pas la saison des concours qui recommence ! Génial ! Mais oups, on a un peu laissé tombé les entraînements intensifs durant l'hiver... On gère moins qu'avant, et notre cheval a perdu des muscles, au secours !

Pas de panique, voici un petit mode d'emploi pour se remettre d'aplomb avant les premiers concours !


Durant l'hiver, on ne travaille pas de la même manière que le reste de l'année. Et c'est plutôt normal quand on n' est pas Steve Guerdat ou Pius Schwizer... Plus de concours, du froid, de la neige, de la nuit (pour ceux qui n'ont pas forcément de manège éclairé), moins d'énergie en rentrant du boulot le soir, du froid, et encore du froid ! Pas de quoi sauter sur chaque petite occasion pour s'entraîner à cheval. Mais voila, le fait est que maintenant, le cavalier a perdu l'habitude de sauter régulièrement, le cheval a repris du poids et perdu des muscles, ce qui est tout à fait normal, et la saison de concours va reprendre d'ici peu ! Pas de quoi en faire un drame, avec une bonne planification et de la motivation, vous serez à nouveau rapidement à votre top niveau pour décrocher des flots et des tours d'honneur !


La phase de « repos hivernal » est donc une phase normale par laquelle la grande majorité de cavaliers et de chevaux passent chaque année. Cette phase ne signifie pas un arrêt total d'activité, seulement un arrêt du travail spécifique, après une saison bien remplie. Qu'on le veuille ou non, cette pause est fondamentale pour le moral du cheval. Il a lui aussi besoin de faire un bon break après avoir enchaîné les parcours toute la saison. Il lui faut aussi se vider la tête, penser à autre chose, tout comme les athlètes humains. Cela lui permet non seulement de décrocher et de penser à autre chose, mais également de reposer ses muscles, tendons et articulations.

Durant cette pause, le cheval est tout de même monté. Moins souvent, et non plus sur des parcours de sauts, certes. Mais durant cette période, il est intéressant de revoir les bases de dressage, et d'évoluer dans cette discipline pour obtenir une monture plus à l'écoute, plus posée et plus détendue. Des balades tranquilles ( car les terrains sont souvent boueux, enneigés ou gelés) sont également un excellent moyen de changer un peu les idées du cheval (et du cavalier!).

A la différence de l'humain, il ne faut pas penser que le cheval perdra toutes ses capacités et ses muscles durant cette longue pause. Au contraire des athlètes humains, le cheval ne perd pas ses muscles et son niveau autant vite que nous. Ce qui lui permet de progresser toujours plus au fil des années, sans devoir à chaque fois se remettre à niveau. Il faut juste faire attention au fait qu'il ne grossisse trop.




Une fois cette phase terminée, pas question de reprendre directement les entraînements de sauts avec des obstacles à 110-120 cm ! La reprise se passe en deux phases bien distinctes : La remise en état et l'entraînement spécifique. Ces deux étapes se succèdent et sont à bien respecter pour reprendre au mieux le travail. 


Pour commencer, le cheval a besoin d'une bonne remise en état et d'une remise en marche de tout le système physiologique du cheval. Cette remise en marche est importante, peu importe le niveau du cheval ; un travail bien fait aidera énormément à reprendre un entraînement spécifique facilement. L'objectif premier est de retrouver le bon poids en éliminant la surcharge de graisse accumulée durant les mois de « repos ». Un cheval prendra de toute évidence quelques kilos durant cette période. S'il a, au contraire, perdu du poids, il faudrait voir pour un bilan de santé...

En dehors de fait de retrouver le poids idéal, cette phase sert aussi à raffermir la musculature. Cela permettra au cheval d'être non seulement plus en forme et augmenter ses capacités d'endurance, mais également à pouvoir raffermir son dos et éviter toute sorte de maux liés au travail sous la selle. Pour obtenir un bon résultat, inutile d'enchaîner les galops autour du manège ou de pousser le cheval à fond. Un travail basé sur l'allure lente et un temps augmenté sous la selle saura être plus utile. Le galop et trot restent également du programme, pour le moral du cheval... Un travail au pas et répété jour après jour ne saura pas le réjouir plus que ça. Il faut également prendre en compte certaines périodes de l'année où le cheval peut être plus fatigué que d'habitude, et moins apte à fournir un gros effort. Par exemple, lorsque le poil d'hiver change pour un poil d'été, cela prend beaucoup d'énergie au cheval.


Pour renforcer sans problème, il est important de démarrer progressivement, et d'augmenter gentiment l'intensité du programme. Le progrès se fera mieux en allongeant le travail sur la durée que sur la vitesse. Si possible, travailler sur un terrain varié et toujours bon à prendre. Cette phase dure environ 1-2 mois. On peut conclure que cette phase de remise en état est terminée lorsque la sueur apparaît plus tard, la respiration redevient ample et discrète, les foulées s'allongent naturellement, le cheval a perdu son embonpoint, est plus calme et plus posé, à nouveau prêt à reprendre les choses sérieuses !


Une fois cette phase accomplie, le travail spécifique à l'obstacle peut être envisagé. A nouveau, il s'agira de s'y mettre tranquillement, sans vouloir sauter les étapes. Une bonne préparation prend du temps, mais les efforts se revaudront sur les pistes de concours !



Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2021 par equinet.ch