La gourme ou angine du cheval

 


La gourme est une pathologie très contagieuse et potentiellement mortelle chez le cheval, elle peut être à l’origine de conséquences économiques et sanitaires considérables notamment dans de grandes structures équestres. Il est donc important d’être informé, de savoir reconnaître, prévenir et traiter au cas ou votre cheval présenterait les premiers symptômes de la  maladie. 

 
De nos jours, l’évolution et l’ambition ont amené la population équine à être mobile, que ce soit pour les compétitions, pour le cirque ou les foires, pour les centres d’entraînements, pour l’élevage ou pour le commerce et ont permis à cette bactérie de se propager à travers l’Europe mais également à travers le monde. La France n’est pas épargnée, chaque année des cas de gourmes sont recensé. La Loire à été mentionnée en 2017 comme étant un foyer important de gourme. 

 
L’angine du cheval est causée par une bactérie du genre streptococcus et plus précisément Streptococcus equi subspecies equi. Cette bactérie ne se trouve pas naturellement dans l’environnement extérieur et ne survie que quelques temps dans celui-ci. 

C’est une maladie qui touche principalement les jeunes chevaux et les poulains mais il n’est pas rare de voir des chevaux plus âgés développant les symptômes de la maladie. 


Le risque qu’un cheval atteint de cette maladie en meurt est compris entre 1 et 5 %. 

De manière général il est recommandé d’isolé les animaux ayant un système immunitaire peu développé (jeune chevaux, poulains) ou moins compétent (chevaux âgés ou malade) des chevaux ou l’on suspecte une infection bactérienne ou même virale.

 
La gourme est une maladie propre aux équidés. De manière théorique il est donc probable que la gourme se développe également chez l’âne, le zèbre ou tout autre animal faisant partie du groupe des équidés. 

 


Modes de contamination 

 


Les sources d’infection peuvent être les suivantes: les croûtes, le jetage nasale, le pus provenant des chevaux infectés et plus tard tant que la bactérie survie dans l’environnement il est possible que votre cheval s’infécte également grâce à des objets secondaires comme les mangeoires, les abreuvoirs, les râteliers, les vêtements et même dans les prairies ou dans les litières souillées.

 
Comme dit précédemment, la bactérie est assez résistante dans le monde extérieur et surtout dans les croutes ou le pus séché. 

Elle peut vivre jusqu’à 8 jours dans l’eau et jusqu’à quelques mois dans les organes lymphatiques des porteurs sains (désignant les individus infectés mais ne présentant aucun symptôme de contamination et pouvant transmettent la bactérie à un grand nombre d’individus).

 
La contamination se fait par contact, celui ci peut être direct ou indirect. 

Contact direct: Un animal sain est contaminé par un porteur du germes (porteur sain ou un cheval présentant des symptômes mais n’ayant pas encore été isolé des autres chevaux)
Contact indirect: Un animal est contaminé en ayant eu contact avec un objet ou une personne ayant été elle même contaminé

 


La transmission 

 
La transmission se fait essentiellement par les voies respiratoires: les germes pénètrent par la muqueuse des cavités nasales et du pharynx. 

 
Il faut compter en moyenne 3 mois pour essayer d’éradiquer totalement la bactérie.

 

Evolution et développement de la maladie 

 
Une fois ingérée ou inhalée, la bactérie adhère aux muqueuses et se créée un chemin jusqu’aux ganglions lymphatiques de l’animal en passant par la circulation sanguine et la lymphe. 

 
Streptococcus equi possède une particularité lui permettant de « désamorcer » le système immunitaire et ils peuvent ainsi se multiplier rapidement. Les globules blancs (cellules du système immunitaire) afflueront mais seront incapables de réagir et de détruire la menace (la bactérie). 

 
L’affluence de globule blanc et la rapide multiplication des streptocoques provoque une violente inflammation des noeuds lymphatiques (ou plus communément appelé les ganglions). 

L’apparition d’abcès dans d’autres organes n’est pas rare, la bactérie se dissémine dans le sang et atteints les organes comme le coeur ou les poumons.

 
Symptômes 

L’incubation chez le cheval dure entre 4 jours et une semaine. Les symptômes les plus courant sont la fièvre (40°C), l’anorexie, la dysphagie (gêne ou blocage pendant l’alimentation), l’abattement et le jetage nasale. L’hypertrophie (l’agrandissement) et la formation d’abcès au niveau des ganglions lymphatiques peut survenir par la suite. L’hypertrophie touche essentiellement les noeuds mandibulaires et rétropharyngiens, pouvant entraîner une raideur au niveau de la nuque. Cette raideurs est souvent constaté par les cavaliers. 

Les abcès apparaissent en règle général après 3 à 7 jours si aucun traitement n’a était mis en place. Il est alors possible que dupes jaune et crémeux sorte de ceux la. 

 
Il existe deux formes de la maladie:

  • La forme classique dites « catarrhale »

L’incubation chez le cheval dure entre 4 jours et une semaine. Les symptômes les plus courant sont la fièvre (40°C), l’anorexie, la dysphagie (gêne ou blocage pendant l’alimentation), l’abattement et le jetage nasale. L’hypertrophie (l’agrandissement) et la formation d’abcès au niveau des ganglions lymphatiques peut venir par la suite. L’hypertrophie touche essentiellement les noeuds mandibulaires et rétropharyngiens, pouvant entraîner une raideur au niveau de la nuque. Les abcès apparaissent en règle général après 3 à 7 jours si aucun traitement n’a était mis en place. Il est alors possible que du pus jaune et crémeux sorte de ceux la.

  • La forme dites « BATARDE »

Cette forme est plutôt rare et survient en même temps ou peu de temps après la forme classique. Si le cheval est atteint de cette forme, il présentera des abcès multiples et des inflammations des noeuds lymphatiques, du système nerveux, des articulations ou du système respiratoire ou génital (gourme de castration). Cette forme peut également se manifester sous la forme d’une pneumonie.

 

Dans de très rare cas, les chevaux convalescents ou surmenés ne parviennent pas à combattre la gourme et développe un trouble à méditation immune. Plus communément appelée gourme congestive ou gourmes hémorragique. Ce trouble se manifeste en règle général moins d’un mois après la forme classique. Dans ce cas vous aurez des modifications sous cutanées et sur les muqueuses. 

 
D’autres complications peuvent survenir chez très peu de patients: 

 


! COMPLICATIONS RARES ! 

Un empyème des poches gluturales (liquide ou solide). 
Des masses solides appelés « chondroïdes » se situant aussi dans les poches gluturales
Une hémiplégie laryngée
Des troubles respiratoires (dyspnée et bronchopneumonie)
Chez les juments la gourme peut également suivre d’une agalactie (absence de lait dans les mamelles suite à une mise bas)
Complications oculaires
Septicémie chez les jeunes poulains (arthrite septique, pneumonie, encéphalite) 
 

Traitement 

La thérapie dépend de la forme, du stade de l’évolution et de la sévérité de la maladie. L’administration d’antibiotiques n’est pas une solution de facilité et ne remplace pas les mesures sanitaires qui doivent être d’urgence mises en place. Il n’existe malheureusement pas de traitement spécifique à la gourme. Le vétérinaire peut cependant traiter les symptômes et aider à soutenir l’état général de l’animal. 


Il existe des vaccins pour la gourme, celui disponible en Europe est un vaccin vivant, composé d’une souche mutante de la bactérie. 

Le vaccin ne peut être appliqué que sur les chevaux sains et présente des effets secondaires. 

Le vaccin est efficace environ 2 semaines après la première vaccination et protège votre compagnon pendant environ 3 mois. 

 

  • Les chevaux ayant des signes d’infection précoces: 

L’efficacité d’une antibiothérapie est bonne puisque en l’absence d’abcès ils peuvent atteindre directement les bactéries. 

La pénicilline reste l’antibiotique de premier choix, car toutes les souches de S. Equi y sont sensibles. Il est important de suivre soigneusement le traitement et de ne pas l’interrompre. Il est recommandé d’administrer le traitement pendant 1à à 14 jours (soit 5 jours après la disparition des symptômes). 

Les animaux soignés au tout début de la maladie, sont très sensibles à une réinfection, car ils n’ont pas eu la possibilité de développer une immunité suffisante. 


L’utilisation d’anti inflammatoire non stéroidiens comme le Phénybutazone (ATTENTION celui ci peut être toxique et développer des modifications dans la bouche de votre cheval), peut améliorer le comportement du patient, diminuer la fièvre l’inflammation autour des abcès et la douleur. 

Ceux ci peuvent encourager le cheval à boire et à manger. 

 

  • Pour les chevaux dans un stade plus avancé et présentant des abcès: 

Un drainage des noeuds lymphatiques est à prévoir. Celui ci nécessite que l’abcès soit complètement mature, si le drainage est fait trop tôt l’abcès risque de se refermer et de recommencer à grossir. Le drainage permet d’accélérer la guérison.

Une substance grasse de type vaseline peut être appliqué autour des abcès afin d’éviter l’irritation locale du aux écoulements. 

Le drainage est souvent associé à une antibiothérapie par voie générale. 


Le cheval atteint de gourme nécessitent avant tout du repos (environ un mois et demi), un environnement sec, propre, chaud et isolé. La nourriture devra être de bonne qualité, de préférence molle, humide et appétente. L’eau et la nourriture doivent être facilement accessible par le patient et simple à nettoyer. Les naseaux du cheval doivent être nettoyés quotidiennement, voir plusieurs fois par jours si le jetage est important. 

 


Est il possible de soigner la gourme de façon naturel? 

 


Dès les premiers signes de la maladie il vous est possible de donner Mercurius Solubilis 1000k ainsi que Streptococcinum 1000k, ils aideront vos animaux à lutter contre l’infection. 

Mercurius Solubilis 1000k est un un remède à partir de Mercure efficace en cas d’inflammation des muqueuses et des glandes, celui ci peut également être efficace en tant qu’antibiotique et en tant qu’analgésique

Streptococcinum 1000k est un médicament homéopathique utilisé pour lutter contre les infections à streptocoques et les angines streptococciques. 


Pour les chevaux atteint d’abcès, il est possible de leurs administrés Hepar Sulfur Calcareum. Ceux atteints de fièvre et d’inflammation nous vous conseillons les médicaments homéopathiques appelés Belladona ou Pyrogenium. 

 

 

Fiche récapitulative 

  • Pathologie : Gourme ou angine équine
  • Agent pathogène: Streptococcus equi subspecies equi
  • Population concernée: toute la population équine mais en particulier les jeunes chevaux 
  • Symptômes : fièvre, jetage nasale mucopurulent, ganglions gonflés et éventuel formation d’abcès (submandibulare et retropharyngés), difficulté à la déglutition, anorexie et éventuellement colique en cas d’abcès abdominal
  • Thérapie : Guérit spontanément, antibiotiques uniquement si présence de température avant la formation d’abcès et pour les chevaux aux système immunitaire fragile et ou l’état de santé du patient se dégrade 
  • Transmission: direct et indirect (Très contagieux) 
  • Diagnostique : PCR, culture bactériologique, sérologie 
  • Vaccination: Possible mais efficacité partielle (durée de l’immunité 1 à 2 ans)
https://www.youtube.com/watch?v=pWlnRBdzaEQ
Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2019 par equinet.ch