weitere anzeigen
weniger anzeigen

Le cheval en hiver

Préparer son cheval à l’hiver en 9 étapes 

 

A l’état sauvage le cheval s’adapte: il change de comportement (il est plus calme, dépense le moins d’énergie possible puisque la nourriture est rare) et de physique (tous les cavaliers connaissent le moment ou votre beau cheval devient un gros poney avec un épais pelage en hiver). 

De nos jours il est important de faire quelques adaptations afin que le cheval passe au mieux les jours froids et blancs. 

Ces quelques étapes vous permettront d’aider au mieux votre compagnon: 

 

1.Du foin à volonté 

 

Le foin est un aliment qui aide le cheval à réguler sa température. En effet c’est un aliment riche en fibres et qui vise à stimuler le transit intestinal. En hiver les chevaux au prés s’ennuient rapidement,  il est vrai que l’herbe à tendance à être recouverte par la neige ou simplement à disparaître pendant les jours froids. Manger du foin occupe votre cheval tout au long de la journée. 

Pour le cheval au box, il est préférable de donner du foin à volonté ou plusieurs fois par jours des bonnes rations. Le foin mouillé peut être un réel atout en hiver, car le foin étant très sec et poussiéreux pendant cette saison, celui ci peut être nocif pour les poumons de vos chevaux. 

Chez les chevaux souffrant d’emphysème c’est une étape très importante. 

Pour les chevaux au près toute l’année, il faudra plutôt penser au râtelier. Celui ci peut se trouver à peu près dans toutes les tailles et toutes les formes. C’est un outils bien pratique car il ne retient pas l’eau, et donc même s’il pleut votre foin ne craindra plus de tremper et de pourrir. Le râtelier évite également aux chevaux de gaspiller le foin en l’étalant partout. 

Si vos chevaux vivent au prés en groupe, il serait peut être bien de mettre plusieurs râteliers en place, afin que tous les chevaux accèdent au foin et qu’aucun ne soit désavantagé. Si vous n’avez la possibilité que de mettre un râtelier, nous vous conseillons de le placer au centre, afin que tous les cotés soit accessible. 

  

 

2. Être à jour dans les vermifuges

 


Le vermifuge en automne est l’un des plus important de l’année. Les vers se multipliant dans le corps de votre animal pendant l’hiver peuvent très rapidement dégrader son état général. Cette étape est très importante chez les chevaux ayant tendance à maigrir rapidement, stressés, âgés, très jeunes ou même malades. L’hiver est une période déjà assez éprouvante pour les chevaux, il n’est donc pas nécessaire de laisser des parasites, qu’en pensez vous? 

Les mois de décembre/janvier sont surtout propice à l’évolution et la multiplication des tenias. Les  tenias sont des vers plats, souvent responsables de colique chez le cheval. Ils se fixent surtout sur la paroi du gros intestin. L’infestation est présente chez les chevaux de tout âge et surtout pendant la période printanière et elle s’étale jusqu’au début de l’automne. 

Les molécules sur le marché actuellement agissant contre ces parasites sont au nombre de deux: praziquantel (ou pyrantel) et niclosamide. 

 

 

3. Bien échauffer sa monture et faire attention au sol glissant 

 


En été comme en hiver lors d’une activité physique il est important d’échauffer votre cheval, cependant en hiver cet échauffement doit être rallongé. Les muscles et les articulations sont froids et le temps que le cheval s’adapte à la température extérieure il est important de le faire marcher au pas pendant plusieurs minutes avant le début d’une activité. 

Après l’entraînement, des tours de marche au pas sont également recommandés pour calmer et détendre votre cheval avant de le rentrer au box. 

Les chevaux partiellement ou complètement tondus devront impérativement être équipés d’un couvre reins, afin de s’adapter doucement à la température extérieure et de ne pas tomber malade. 

 


En hiver le sol peut être glissant. L’alternance entre la boue et le verglas n’arrange rien, il est donc important de faire attention. 

Les chevaux au prés auront tendance à emprunter les même chemins toujours et encore: vérifier régulièrement qu’il n’y est pas de plaque glissante. 

Curer les sabots régulièrement est important, afin d’aider au mieux le cheval à se maintenir sur des sols glissants. 

En ballade à cheval, préférez les allures lente comme le pas. Ne sortez pas votre cheval s’il n’est pas contrôlable, il risquerait de glisser et de se blesser, attendez plutôt que la glace fonde. 

Protégez les membres de vos chevaux et contrôlez leurs états après le travail. Les bordures de route sont propices aux plaques de verglas : redoublez de prudence. 

En hiver il est important d’écouter son cheval et de travailler au maximum dans un environnement calme. 

 


4. Bien vérifier l’état des membres après le travail 

 


Les chevaux ont en hiver souvent les membres dans la boue, si une blessure devait survenir, elle aurait du mal à guérir. C’est pour cela qu’il est primordial de bien vérifier quotidiennement l’état des membres et de détecter au plus vite les blessures. 

L’hiver est propice à l’apparition de gale de boue et de crevasses. 

Dès l’apparition des premiers signes coupez les poils au niveau de la blessure, enlevez délicatement les croutes, nettoyez abondamment avec une solution désinfectante et appliquez une crème cicatrisante. Répétez l’opération pendant plusieurs jours. Pour une guérison optimale le cheval devra rester au box ou sur un sol sec au moins pendant quelques jours. 

Les crevasses et la gale de boue se trouvent souvent au niveau du pli du paturon. 

Il est également possible d’appliquer du miel au niveau de la blessure à la place de la crème. Les vertus du miel sont nombreuses (voire l’article sur le miel). 

 
 

5. Attention à la transpiration 

 


Un cheval qui n’est pas tondu en hiver transpire davantage à cause de l’épaisseur de son poil, il est donc plus rapidement mouillé et plus fragile. 

Après le travail marchez pendant quelques temps afin de calmer votre cheval. Celui ci commencera à sécher sans pour autant prendre froid. Une fois détendu, rentrez votre cheval au sec (dans un box ou un abri par exemple), laissez le se rouler si l’envie lui prend et commencez à frotter énergiquement avec de la paille sur toutes les parties mouillées. Votre cheval ne doit pas retourner au prés mouillé. S’il le faut laissez lui une couverture sur le dos pendant une heure, rembourrez la couverture de paille et laissez votre cheval se reposer tranquillement au chaud. La paille absorbera l’humidité du pelage de votre cheval. 

Attention il est impératif d’enlever la couverture une fois le cheval sec, sinon celle ci le maintiendrait dans un milieu humide et n’apporterait rien de bénéfique bien au contraire. Une fois sec votre cheval peut retourner au prés sans aucun soucis. 

Astuce  : entreposez votre couverture dans une pièce chauffée, votre cheval sera ravi d’avoir une couverture chaude sur le dos!

 


6. Ajuster la ration 

 


En hiver les chevaux comme les autres animaux vivant à l’extérieur, utilisent leur énergie pour se réchauffer et maintenir leurs températures corporelles constantes. Ses besoins énergétiques sont donc augmentés pendant la période hivernale et la ration doit donc être ajustée. Les chevaux au prés seront complémentés avec du foin à volonté (éviter l’ennui et satisfaire les besoins énergétiques journaliers). 

Les chevaux plus sensibles pendant cette saison, seront complémentés avec des céréales et des aliments concentrés. Adaptez la ration au poids du cheval et au travail.

Un cheval au box ne subit pas autant les variations de température qu’un cheval au prés. Cependant vous pouvez augmenter la quantité de foin afin qu’il maintienne sa température corporelle. 

Astuce : il est conseillé d’augmenter d’environ 10 à 15 % la ration de foin de votre cheval en période de froid. 

 

 

7. Les chevaux boivent de l’eau et non de la glace

 


En hiver aussi les chevaux ont besoin de s’hydrater il est donc important de vérifier quotidiennement le bon fonctionnement des abreuvoirs automatiques et de briser la glace dans les baignoires ou autres abreuvoirs. 

Il existe aujourd’hui des abreuvoirs chauffant évitant ainsi le problème de la glace, cependant il ne sont pas encore très répandus et demandent un engagement financier plus important. 

Vérifier chaque matin en hiver et de nouveau en journée si les températures sont vraiment très basses (en dessous de 0°C). 

En hiver il est même possible de couper l’arrivée d’eau dans les abreuvoirs automatiques afin que les tuyaux ne gèlent pas et de placer un sceau d’eau à la place. Cette méthode est très pratique pour vérifier la bonne hydratation de votre cheval, cependant elle demande un peu plus d’effort, car le sceau ne doit jamais être vide. 

Dans les abreuvoirs extérieurs comme les baignoires, si la couche de glace est peu épaisse, les chevaux arriveront à la briser. Cela devient plus difficile si la couche de glace est épaisse. C’est alors à vous de la casser, enlever si possible le maximum de bout de glace afin que votre cheval ne se blesse pas en buvant. 

 


8. Prévoir un abri propre et sec 

 


Ce point est surtout important pour les chevaux vivant en patûres toute l’année. Afin de se protéger de l’humidité, du vent et du froid il faudra prévoir un abris couvert. 

Si votre cheval est en groupe au prés, il faudra prévoir plusieurs abris afin que tout les chevaux puissent s’abriter. Si le nombre d’abris ou la place dans l’abris n’est pas suffisant il se pourrait que les chevaux soumis ou moins dominant ne puissent pas trouver leurs places. 

La paille doit être abondante et changée régulièrement. La couche de paille doit être suffisante pour qu’ils puissent se coucher et se tenir chaud. 

Les vapeurs de fermentation en trop grande dose (si le fumier n’est pas assez propre) peut être dangereuses pour la santé de vos chevaux. Cependant une fine couche en dessous de la paille fraiche permet de garder les chevaux au chaud et jouera le rôle d’isolant (due aux vapeurs de la fermentation). 

Pour les chevaux en box, il est conseillé de garder une température d’environ 15°C dans l’écurie. Veillez à fermer les portes pour éviter les courants d’air. Cependant une bonne aération doit être réalisée quotidiennement afin d’évacuer les vapeurs d’eau rejetées par la respiration des chevaux, de renouveler l’air en oxygène et d’éviter une accumulation d’humidité.

Une fine couche de fumier dans le box recouverte d’une abondante couche de paille isolera vos chevaux du sol froid. 

 


9. Une couverture oui ou non ? 

Peu importe que votre cheval soit tondu ou non il est important qu’il soit bien au chaud, afin qu’il n’est pas besoin d’utiliser toutes son énergie pour se réchauffer. 

Pour un cheval tondu: il est important de bien choisir sa couverture. En fonction de la région, de l’altitude et même du pays dans lequel se trouve votre cheval, la couverture nécéssaire ne sera pas la même. 

Les chevaux vivants au prés, auront besoins d’une seule couverture imperméable et prévue pour l’extérieur.  Il est possible d’en avoir une seconde plus fine, pour les jours moins froid ou s’il faut faire sécher ou laver la première. 

Attention : ne vous laissez pas influencer, enlevez régulièrement la couverture afin de voir si votre cheval ne s’est pas blessé ou s’il n’a pas maigrit. 

Les chevaux tondus mais vivants au box, auront besoin de deux couvertures, une plus fine et respirante pour les moments à l’intérieur et une plus épaisse et imperméable pour dehors. 

 


Les chevaux ayant le poil d’hiver n’ont pas spécialement besoin d’une couverture. Il peut être bien de mettre une couverture imperméable les jours de pluie. afin que le cheval soit au sec. Les chevaux mouillés ont plus de mal à sécher en hiver et sont donc plus sensibles d’être malades. 

Les chevaux âgés et/ ou malades peuvent également être couverts les jours de grand froid pour éviter d’utiliser toutes leurs réserves en énergie pour se réchauffer. 

 

 

ASTUCE : Comment savoir si son cheval à froid? 

Le cheval ne montre pas de signes très reconnaissable à part s’il est vraiment faible. Une étude à démontré que toucher la base de l’oreille de votre cheval pouvait aider à savoir si votre cheval avait froid. La base de l’oreille sera froide si le cheval à froid, dans le cas ou votre cheval se sent bien et qu’il arrive a se réchauffer tout seul, celle ci devrait être à température corporelle. 

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2019 par equinet.ch