voir plus
voir moins

Prévenir et lutter efficacement contre la gale de boue

Ca y est, l’hiver a pointé le bout de son nez ! Les terrains s’humidifient, l’herbe verdoyante laissant place à la boue. Les fers volent, la terre colle, et la gale de boue guette les jambes de nos chevaux. Voilà donc quelques conseils pour prévenir et lutter efficacement contre cette pathologie récurrente de la saison froide.

Qu’est-ce que la gale de boue

La gale de boue était autrefois une maladie très contagieuse, qui se développait principalement sur les pâturons, les crins, ou le corps du cheval, et provoquait d’importantes démangeaisons. Cette pathologie ayant quasiment disparue aujourd’hui, le terme de gale a été maintenu pour désigner une maladie de l’épiderme touchant principalement le pli du pâturon : la gale de boue.

Les chevaux vivant en groupe sont souvent atteints de gale de boue à la chaîne. La croyance populaire a donc longtemps cru à une maladie contagieuse, se développant dans la boue. Ce qui n’est vraisemblablement pas le cas, l’apparition de cette pathologie étant principalement due aux conditions de détention.

Les symptômes

La gale de boue se manifeste généralement sous forme de crevasses. Affectant principalement le pli des pâturons, elle peut parfois se développer sur le boulet et le canon. D’un point de vue médical, le cheval atteint de gale de boue court peu risques. A noter toutefois que la guérison de cette infection s’avère parfois longue et difficile. Elle doit donc être traitée dès les premiers symptômes pour limiter au maximum la durée de guérison, et éviter une potentielle surinfection.

Quels sont les éléments déclencheurs

La gale de boue va de pair avec l’humidité. Les terrains boueux, ou les litières peu entretenues, réunissent donc les conditions nécessaires à l’apparition de cette infection. La gale de boue peut également se développer au contact de matériaux irritants, comme le sable, ou suite à une infection bactérienne, la bactérie dermatophilus congolensis se développant dans les environnements humides, s’installant dans les plaies et crevasses situées au niveau du pâturon, et infectant les zones irritées. Finalement, les prédispositions naturelles du cheval entrent en ligne de compte dans l’apparition de la gale de boue. Un cheval aux balzanes claires aura par exemple plus de risque d’être atteint par cette maladie qu’un cheval foncé aux membres unis.

Prévenir la gale de boue

Pour prévenir la gale de boue, les conditions de détention du cheval sont essentielles. Il faudra en premier lieu veiller à ce que la litière du boxe soit parfaitement propre et sèche, la saleté et l’humidité favorisant la prolifération des bactéries. Les pâturages devront en outre ne pas être trop boueux. Un sol en matériau stabilisé, ou le déplacement fréquent des points d’eau et mangeoires pour éviter l’apparition de boue aux endroits fréquemment piétinés par les chevaux, sont vivement conseillés.

Il est en outre important de ne pas couper les fanons, qui agissent comme des gouttières de protection sur le pli du pâturon. A noter qu’une couche de corps gras (vaseline, huile d’olive, etc.) sur la peau parfaitement séchée permettra d’imperméabiliser les poils et d’assoupir la peau. (Veillez également à parfaitement sécher les jambes de votre cheval après chaque douche).

Finalement, il est essentiel de renforcer le système immunitaire des chevaux susceptibles de développer ce type de pathologie. Le gaillet gratteron, la reine des prés, les orties, le thym, les algues, ou l’ail, sont par exemple des alliés de taille pour fortifier les défenses naturelles du cheval, en augmentant le nombre de globules blancs présents dans le corps, et en éliminant les toxines.

Soigner la gale de boue

1. Commencez par laver la partie irritée avec de l’eau tiède et du savon antiseptique.

2. N’arrachez pas les croûtes, qui forment les premières couches de cellules réparatrices, et évitent l’apparition des plaies, environnement de développement favorable aux bactéries et aux microbes.

3. Séchez ensuite la partie irritée en tamponnant délicatement à l’aide d’un chiffon parfaitement propre et sec. 

4. Appliquez une couche de crème hydratante, afin d’assoupir la peau et d’aider à la guérison des micros plaies.

Veillez toujours à appliquer une couche de vaseline sur le pli des pâturons avant la mise au parc, afin d’imperméabiliser les poils contre l’humidité.

Afin de faciliter les soins, il est conseillé de couper les poils situés autour de la zone infectée. Cela permettra un séchage plus rapide après le lavage à l’eau tiède. A noter qu’il est fortement déconseillé de bandager les membres encore humides d’un cheval atteint de gale de boue.

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2021 par equinet.ch