weitere anzeigen
weniger anzeigen

Quand le cheval n'a plus envie

Avoir son propre cheval, une demi-pension ou encore une pension complète, c'est le rêve de beaucoup de cavaliers ! Pouvoir évoluer avec son propre cheval ,le monter régulièrement, apprendre chacun l'un de l'autre... Que du bonheur ! Oui mais que se passe-t-il après plusieurs années ? Monter continuellement dans ce même manège, les mêmes ballades, les mêmes exercices répétés encore et encore. Malgré nos efforts pour varier le travail, il peut arriver que le cheval n'aie plus envie de travailler. Ce comportement peut s'observer sur une petite période, mais également sur un temps plus long. Que faire quand notre cheval ne semble plus avoir l'envie de nous suivre dans notre travail ?


Ce problème a sûrement dû arriver à beaucoup de cavaliers, qu'on se le dise. Si notre relation avec notre cheval subit aussi ce passage, autant se rassurer : on n'est pas les seuls à passer par là ! Dans chaque relation homme-cheval ( tout comme dans chaque relation tout court, même entre deux êtres humains) il y a des hauts et des bas. Admettons-le également, le cavalier a aussi ses périodes sans. Alors pourquoi le cheval n'aurait-il pas lui aussi le droit d'avoir des périodes sans envie ?Il faut parfois, dans le travail que l'on construit au quotidien avec son cheval, savoir faire des pauses. Une pause permet au cheval de penser à autre chose que ce travail que vous lui proposez et qui ne semble pas lui plaire. Et à côté, cela permet au cavalier de se remettre en question.

Ces périodes où l'on essaie d'évoluer vers quelque chose de nouveau, vers un plus haut niveau, et qu'on a l'impression d'être assis sur un cheval d'arçon : Pas d'écoute, pas de volonté, rien. Pourquoi cela se produit-il ? Pourquoi mon cheval n'a pas envie de connaître quelque chose de nouveau, de plus sympa comme travail ? Pourquoi n'y met-il pas du sien et participe-t-il au jeu ? Pourquoi s'arrête-t-il net après trois mètres au pas ? Pourquoi ne veut-il plus trotter ? Toutes ces questions nous traversent l'esprit en attendant que notre cheval veuille bien avancer ou écouter un strict minimum. On a l'air bien nul là-haut, sur ce cheval qui ne nous écoute pas. Du coup, on commence à s'énerver. Et là, c'est la fin. On ne peut rien faire en s'énervant sur un cheval, inutile de perdre son temps. Ca ne ferait qu'aggraver le problème : le cheval ne voudra pas travailler si il sait que l'on se mettra en colère. Le mieux est de prendre sur nous, de descendre et de laisser son cheval au calme. Et de recommencer ce nouvel exercice un autre jour, ce n'était peut-être que de la mauvaise humeur passagère.

Mais après deux, trois, quatre séances qui se passent de la même manière, qu'est-ce que l'on fait ? Notre cheval en a-t-il marre de nous ? Il ne veut plus rien faire. N'écoute plus rien et n'a absolument aucune volonté pour aucun exercice qu'on peut lui proposer. On a beau lui proposer plusieurs alternatives, des exercices simples, rien à faire ! Le cheval se braque, refuse d'entrer dans le jeu. A qui la faute ? Le cavalier doit-il faire autre chose, revenir à la routine et abandonner ses nouveaux projets et ses nouvelles choses à lui apprendre ? Ou alors le cheval n'a qu'à faire un effort, lui aussi ! Mais rien ne sert de se poser tant de questions. Laisser son cheval respirer une petite semaine, se laisser le temps de se calmer, de se reposer. Ensuite, pourquoi ne pas ré-essayer. Mais si le cheval persiste à aller contre nos plans... Eh bien il va falloir faire avec ! Inutile de déclarer la guerre à son cheval pour faire ce que NOUS voulons faire, peut importe l'intérêt qu'en porte le cheval. Rappelons-nous d'une chose : L'équitation est un sport individuel qui se pratique à deux.

Pensez-donc à cette phrase, et s'il le faut, un cavalier doit être capable de laisser ses grandes idées et ses envies de côté si elles ne conviennent pas au cheval. C'est quelque chose qui s'apprend, et qui n'est pas toujours facile à acquérir. Alors inutile de s'acharner, vaut mieux passer à autre chose, faire une pause, changer momentanément son programme. Et pourquoi ne pas tenter de reprendre tout ça plus tard. Ces phases de désaccord total ne sont pas drôles à vivre, et mettent de côté nos progrès avec notre cheval. Mais il faut apprendre à vivre avec, à comprendre que le cheval a lui aussi besoin de pause, et a lui aussi le droit de donner son avis sur le programme que vous décidez de lui imposer. Au final, tout est question de patience, de maîtrise de soi et de calme. Car avec les chevaux, il faut savoir prendre son temps.  

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2020 par equinet.ch