Réussir la (re)mise au vert de son cheval 

Ca y'es le printemps, bientôt la période estivale : les chevaux retournent au pré après plusieurs mois au box. Vous souhaitez peut être pour des raisons économique ou éthique mettre votre compagnon au vert toute l'année avec d'autres chevaux? 

Peu importe la raison qui vous pousse à mettre ou à remettre votre cheval au pré, il est primordial de prendre quelques précautions pour le confort, la santé et la sécurité de votre équidé. 

 
NB : Il faut compter environ un hectare par monture, prévoir un parc avec une clôture en bon état et de préférence équipé d'un électrificateur, vérifier que tous les chevaux du parc soit à jour au niveau des vaccins ou vermifuges. 

 


Quels sont les dangers d'une mise au vert trop brutale? 


Dès le printemps, l'herbe présente dans les prés est chargée en azote. Si votre cheval ingère une grande quantité il pourrait souffrir de diarrhée, de colique ou même faire une fourbure. Il est donc nécessaire d'y aller progressivement, en effet la flore intestinale de votre cheval à besoin de temps pour s'habitué à ce changement d'alimentation. Pendant la période hivernale, le système digestif était habitué à recevoir des aliments secs. Commencez la première semaine avec 15 min par jour. Augmentez par tranche de 15 min tous les 2 jours. A partir de la deuxième semaine vous pourrez laisser brouter votre cheval 2h environ. Si tout ce passe bien, augmentez d'une heure par jour jusqu'à pouvoir le laisser une journée complète. Pendant tout le processus il est important de garder un oeil sur votre cheval, si toute fois il présente une diarrhée persistante, contactez votre vétérinaire. Des crottins moins formés et plus mous sont normaux pendant l'adaptation. Les signes de fourbures sont également à surveiller sérieusement (pieds chauds, membres gonflés, piétinement, boiterie, réticence à se déplacer ou à donner le membre, cheval couché..). Les chevaux sensibles ou ayant déjà fait des fourbures sont à surveiller très attentivement. Afin d'éviter les incidents, contactez votre vétérinaire pour établir un programme d'adapté. 

Règle numéro 1 : La remise ou la mise au vert de votre cheval doit TOUJOURS se faire de manière PROGRESSIVE. 

 

Préparer le parc pour accueillir le cheval 
 
Juste avant de mettre sa monture au pré, il est important de vérifier quelques points. Aplatissez et/ou comblez les trous pouvant être apparu pendant l'hiver suite au passage d'animaux sauvages (sangliers). Pour combler les crevasses rien de mieux que du sable ou des briques biens concassées. Cette étape ne vous demandera que peu d'effort mais vous évitera bien des soucis (entorses par exemple). 

Si vous vous y prenez assez tôt, vous pouvez éparpiller de l'engrais ou de la chaux sur le terrain. Le mieux reste toute fois le fumier animal. Cette étape est à réaliser uniquement en hiver, en effet les températures négatives permettront d'éliminer les parasites et vous aurez ainsi un pré tout vert au printemps. N'éparpillez pas de fumier sur votre champs en été, cela ne servira qu'à attirer les mouches et autres insectes. 

Faire le tour de votre parc pour repérer et éliminer les plantes toxiques pour votre compagnon. Quelques exemples de plantes nocives : le tuya, le chêne, la ciguë, le buis et la fougère. Attention ceci ne sont que quelques exemple, il en existe encore davantage. 

Pour empêcher les fugues, vérifiez que toutes les clôtures soient en bon état et en état de marche. Il est déconseillé de placer votre cheval dans un champ clôturer avec du barbelé, les blessures causé par de ce type de clôtures ne sont vraiment pas jolies à voir. 

Le pré doit être équipé d'un abri à l'abri du vent et de la pluie. Si plusieurs chevaux cohabitent il est possible de placer plusieurs abris afin que tous puissent s'abriter. Ceci s'applique également aux rateliers et aux accès à la boisson. 

Règle numéro 2 : préparer son pré (plantes toxiques, trous, clôtures) 


Effectuer des contrôles réguliers 
 
La santé et la sécurité du cheval sont essentiels. Des contrôles quotidiens sont à mettre en place. 

Dans un premier temps : Vérifiez le cheval 

Un cheval au pré, ne signifie pas qu'il faut arrêter de l'entretenir. Un petit coup de brosse et de cure pied ne fais pas de mal. Ceci permet de vérifier que votre cheval n'a pas de blessure ou des corps étrangers coincés sous le sabots par exemple. Vérifiez également sa démarche (pour écarter les boiteries) ou tout autre signes inhabituels. 

Dans un second temps : Vérifier l'alimentation 

Changer le cheval de parcelle si la nourriture commence à se faire rare ou ajouter du foin. Un cheval au pré à également besoin d'une pierre de sel à disposition. Et bien entendu, il est primordial que l'accès à l'eau propre soit possible à tout moment et pour tous. 

Si votre cheval est dans un troupeau : veillez à ce qu'il n'y ai pas un cheval dominant qui l'empêche d'avoir accès aux ressources alimentaires. Sinon il s'agit de rajouter un ratelier à foin et un accès à l'eau propre, afin que tous puisse y avoir accès en permanence. Le même principe s'applique à l'abri. 

Astuce : Si vous compléter son alimentation avec des grains, placez le sceau dans un pneu usagé, ainsi cela évitera que la ration se renverse. 

En dernier : vérifier la clôture et les objets étrangers 

Un simple coup d'oeil, vous évitera peut être de devoir courir après votre cheval au beau milieu de la nuit. En effet regarder que la clôture est en bon état fait partis des habitudes à prendre lorsque son cheval vit au pré. 

Inspecter le parc à la recherche d'objet qui ne devrait pas se trouver la (cannette de soda, bouteille en verre, sachet plastiques..). 

Règle numéro 3 : contrôle quotidien (santé générale du cheval, clôtures, alimentation, boisson). Si vous ne pouvez pas passer régulièrement, arrangez vous avec quelqu'un (un autre propriétaire, un voisin, un membre de la famille). 

 

Protection du cheval 
 
En été, il s'agit de lutter contre les parasites et en particulier les mouches et les moustiques. Un masque ou un frontal peut être la solution adapté (choisir un modèle résistant et de taille adaptée à votre cheval). Des comprimés à l'ail peuvent être donnée pour lutter de façon naturelle contre les tiques et les puces (existe aussi pour chiens). Il est également possible d'appliquer régulièrement voir quotidiennement des sprays anti mouche fait maison (vinaigre blanc, huile essentielle de lavande ou menthe poivrée, citronnelle..) ou acheté en magasin. 

Pour les chevaux très sensible, il est possible de se procurer une couverture anti mouche. Si les mouches sont toujours présentes malgré ça, vous pouvez investir dans un piège à mouche (papier attrape mouche, piège lumineux..). Un autre possibilité consiste à accrocher des franges devant l'entrée de l'abri. Ainsi votre cheval aura un coin de tranquillité. Si vous optez pour cette option, il est important cependant de vérifier que votre équidé n'en ai pas peur et n'ose plus rentrer du tout dans l'abri. Un désensibilisation avec des friandise devrait aider. 

Pour les jours plus frais ou les jours d'hiver il peut être nécessaire de couvrir votre compagnon avec une couverture plus ou moins épaisse. Un cheval ayant vécu toute sa vie au pré ne devrait pas en avoir besoin, mais un cheval tondu, un cheval âgé ou un cheval tout juste au pré en hiver pour le première fois peuvent avoir besoin d'un petit coup de pouces. 

Pour les chevaux blanc, il serait idéal de mettre de la crème solaire sur les zones ou la peau est moins velue et plus fines (notamment les naseaux roses). Ceci permettant d'éviter un coup de soleil douloureux et d'autres éventuel maladies (mélanomes). Ceci peut être assez contraignant, une autre option consiste à mettre une protection sur les naseaux. 

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2019 par equinet.ch