Tout savoir sur l’ulcère gastrique du cheval

Le cheval est un herbivore monogastrique dans la durée moyenne du transit est de 30 heures. 

 
Mais comment fonctionne le système digestif du cheval ?

 

  • La bouche: pour 1kg de foin il faudra 40 minutes soit 3000 coups de mâchoire et 4 Litres de salive. Pour 1 kg de granulés il faudra 10 minutes ou 1000 coups de mâchoire soit environ 2 Litres de salive. 
  • L’œsophage: il a pour fonction de transporter les aliments jusqu'à l’estomac. Il mesure environ 1,3 m, ceci pouvant varier d’un individu à l’autre. 
  • L’estomac: Il est situé entre l'œsophage et l'intestin grêle. Cet organe régule le transit, la production d'acide chlorhydrique et la digestion mécanique sommaire. Sa contenance est petite entre 15 et 18 litres et il ne se remplit qu'aux deux tiers. 
  • L'intestin grêle: c'est à cet endroit qu’à lieu la digestion enzymatique et l'absorption des minéraux. Il mesure environ 22 m et peut contenir un volume de 70 Litres. La durée moyenne du transit dans l'intestin grêle et de 4 heures. 
  • Le gros intestin: ici a lieu la digestion microbienne ou encore appeler la digestion cellulolytique. Il se compose du côlon et du caecum. La longueur du côlon est compris entre 6 et 8 m pour un volume pouvant aller jusqu'à 96 Litres. Le caecum plus court mesure environ 1,2 m et peut contenir jusqu'à 30 l. La durée moyenne du transit dans le gros intestin est d'environ 24 heures. 

 

Pourquoi l'estomac du cheval est-il prédisposé aux ulcères gastrique? 


L'estomac du cheval est divisé en deux parties bien distinctes l'une de l’autre. 

Il est composé d'une région ventrale aussi appelé glandulaire qui joue un rôle sécrétoire très important et d’une région dorsale. La sécrétion d'acide chlorhydrique est nécessaire à la digestion des aliments.

- Dans la région ventrale se trouve de nombreuses glandes qui produisent de l'acide chlorhydrique, des enzymes et des hormones. Par ailleurs des cellules à mucus sécrètent un mucus protecteur et du bicarbonate. Celui-ci ayant pour but de protéger l'épithélium de cette région de l'acidité et maintenir le pH neutre au contacte de la paroi. Cette région est de couleur rose foncé.

La région dorsale, non glandulaire n'a pas de fonction d’absorption, ni de fonction sécrétoire contrairement à la région ventrale. Elle possède une muqueuse dite « squameuse ».  Cette région est de couleur rose pâle presque blanche.  

La limite entre ces deux zones est appelé margo-plicatus. C’est sur cette ligne que surviennent la majorité des ulcères. Cependant ils peuvent apparaître un peu partout sur la muqueuse gastrique. 

 
Pour résumer, l'estomac du cheval sécrète continuellement de l'acide chlorhydrique, ce qui conduit un pH moyen plutôt bas, favorable à l'apparition des ulcères gastriques. L'acide chlorhydrique produits en trop grande quantité à un effet corrosif sur la muqueuse gastrique. 


Qu'est-ce qu'un ulcère gastrique?

 
Un ulcère gastrique est une altération/lésion de la muqueuse de l'estomac avec destruction cellulaire conduisant à l'apparition d'érosion, de taille, de profondeur et d'extension variables. 

Cette définition explique très bien les principaux symptômes pouvant être observé chez un cheval atteint d’ulcère gastrique, à savoir des douleurs (coliques) dans certains cas des saignements digestif. 

Les ulcères gastriques surviennent lors d'un déséquilibre entre la production d'acide chlorhydrique et de mucus. 

 
A la différence de l'être humain les ulcères gastriques chez le cheval ne sont pas du à une infection bactérienne. Bien que très récemment la bactérie Campylobacter aurait été identifié comme étant une cause des ulcères gastriques. 

 
En anglais cette pathologie a été appelé Equine Gastric Ulcer Syndrom, ceci correspond à l’abréviation EGUS.


On distingue deux catégories d’ulcères : 

- Les ulcères se situant sur la partie non glandulaire de l’estomac, également appelé ulcères squameux. Ils sont situés principalement sur la partie haute de l’estomac. 

Les ulcères de la muqueuse glandulaire se situent le plus souvent sur la partie basse de l’estomac du cheval. 

La taille ainsi que le nombre, la profondeur et la sévérité des ulcères peuvent varier d’un individu à l’autre. 

Les ulcères provoquent souvent des saignements cependant la perforation est rare chez le cheval adulte, cependant elle entraîne une péritonite fatale. Cette tragique issue peut se produire chez le poulain. 


L’apparition des ulcères gastriques 

 
Des études scientifiques ont découvert que la production d’acide était importante dans le processus d’apparition d’un ulcère. 

L’acide cause des lésions sur la muqueuse de l’estomac. 

Un déséquilibre entre l’augmentation de la production d’acide et la défaillance des facteurs protecteurs semblerait être à l’origine de la formation d’ulcère. 

 

Les différentes causes 


De très nombreuses recherches nous ont permis de constater que certains facteurs augmenteraient les chances que le cheval développe des ulcères. Voici donc les possibles facteurs de risque:


L’alimentation joue un rôle primordiale : la gestion mais également le type d’alimentation que vous proposez au patient. Un jeûne prolongé (de plus de 6 heures), un régime trop riche en amidon et glucides ou au contraire un régime pauvre en fibre peuvent êtres des facteurs à risques. Un accès restreint à l’eau pourrait aussi être la cause d’apparition d’ulcère chez le cheval. Les chevaux recevant uniquement de la paille comme fourrage multiplieraient par 4,5 le risque d’avoir des ulcères. La paille moins bien digéré que d’autres fourrage pourrait endommagé la muqueuse de l’estomac. Son action tampon serait limité sur le contenu gastrique en comparaison aux autres fourrage proposé sur le marché. Un accès restreint à la boisson pour une durée supérieure à 4h augmenterait le risque d’ulcères. 
Un exercice intense et répété, de la compétition ou un exercice à jeun 
Le stress causé par un long transport dans de mauvaises conditions (sans eau ni nourriture), un sevrage violent ou un débourrage difficile, un confinement au box. 
L’anesthésie générale ou certains médicaments toxique pour l’estomac 
-  Des études ont prouvé que Helicobacter Pylori (une bactérie) serait régulièrement associé aux ulcères gastriques chez les humains. Il se pourrait que cela soit le cas également chez le cheval. 


L’impact du jeûne 

 
Comme évoqué plus haut, l’acide chlorhydrique est produit en continu dans l’estomac du cheval. Lorsque le cheval mange, sa salive riche en bicarbonate tamponne le pH de l’estomac. Le jeûne, est donc une exposition prolongé de la muqueuse à un contenu acide, favorise les lésions et donc la formation d’ulcère. 

 

Comment se manifestent les ulcères gastriques chez le cheval?

 
Les symptômes ne sont pas réellement spécifique aux ulcères gastriques. 

Certains signes cliniques peuvent évoquer la présence d’un ou plusieurs ulcères. Les symptômes varient d’un cheval adulte à un poulain. 

 
Chez le cheval adulte les signes cliniques peuvent être les suivants: un manque d’état général, un poil piqué, une perte de poids, un appétit capricieux, une diminution de la prise de boisson, un changement de comportement, de l’anxiété, une dépression, une sensibilité lors du sanglage et une colique sourde et/ou récurrente. 


NB : Les symptômes ne sont pas toujours tous présents au même moment. Ceci est valable pour le poulain mais également pour le cheval adulte. Chaque patient est différent, d’un cheval à l’autres les symptômes peuvent varier en durée, en nombre et en intensité. 


Chez le poulain les symptômes sont un peu différents. Le jeune cheval est souvent allongé sur le dos (décubitus), il n’arrive pas bien à téter, la prise de boisson est augmentée, un grincement de dents, une dépression, une diarrhée, une hypersalivation, une régurgitation du lait et/ou une colique intermittente. 
L’intolérance à l’exercice, un inconfort abdominale, un appétit variable et un changement de comportement peuvent être les conséquences d’ulcères gastriques. 

La tolérance aux ulcères ainsi qu’à la douleur varie d’un individu à l’autre. 

Le degré de la douleur n’est que rarement en corrélation avec la sévérité de la lésion. En effet une petite lésion peu être plus douloureuse qu’un ulcère de taille importante. 

 

Quels sont les chevaux généralement atteint? 


Il n’y a pas de type en particulier. Tous les chevaux peuvent être affecté, de tous âge, de toute races ou même leurs types d’activité. Contrairement à ce que l’on pense, les chevaux au repos ou au pré peuvent également développer des ulcères. 


Les statistiques montrent que parmis les chevaux atteints d'ulcères : 

50% des poulains, 
50 % des chevaux au repos, 
Presque 70 % des chevaux de sport (toute disciplines confondu)
Presque 100% des chevaux de courses à l’entraînement 

En revanche les chevaux adultes sont plus souvent touchés au niveau de la partie non glandulaire de l’estomac. Chez le poulain c’est la partie glandulaire qui est le plus souvent atteint. 

 

Etablir un diagnostique et mettre un traitement en place 

 
Un examen d’imagerie appelé gastroscopie est nécessaire pour confirmé ce diagnostique. Cet examen permet également de suivre l’évolution de la pathologie ainsi que d’évaluer la gravité et l’étendu des lésions. 

C’est à ce jour la technique la plus fiable pour diagnostiquer les ulcères gastriques. Le patient doit être tranquillisé pour cet examen, il aura également jeuner pendant 6 à 12 heures avant de pratiquer l’examen. 


Il est possible de classer les ulcères en fonction du type d’ulcère, de la taille des lésions, de leurs profondeurs, du regroupement des lésions. Les grades vont de 0 à IV, sachant que 0 indique l’absence de lésions et que IV indique que les lésions sont importantes, profondes et étendues. 
La disparition de certains symptômes pendant le traitement peut permettre de juger l’efficacité du traitement.  

Le traitement consiste à faire disparaitre la cause des lésions. En effet les ulcères sont dues à une déséquilibre entre l’augmentation de l’acide irritant les muqueuses et une défaillance des facteurs protecteurs. 
L’objectif du traitement est d’agir sur l’estomac en neutralisant l’acidité, en protégeant la partie, en réduisant la sécrétion d’acide ou en bloquant la sécrétion d’acide. 

Des études montrent que les traitements suppresseurs d’acides sont les plus efficaces pour cette pathologie. 

 

Conclusion

  
L’ulcère gastrique est un pathologie multifactorielle dont la prise en charge rapide est primordiale: un traitement médical associé à une bonne gestion des facteurs de risques. 

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2019 par equinet.ch