weitere anzeigen
weniger anzeigen

Une vision erronée de la mécanique du cheval de dressage

 

Bon nombre de cavaliers ont une vision fausse de l’anatomie du cheval, notamment dans le travail. Des phrases du type « il est bien devant mais ne pousse pas derrière » ou « je dois lui mettre des enrênements pour lui faire monter le dos » sont courantes. On oublie alors que d’un point de vue mécanique, le cheval est à appréhender comme un tout, de la base de la queue à la nuque.

L’encolure ronde comme la conséquence d’un travail juste, et non comme la cause
Dans le travail des chevaux d’aujourd’hui, ou dans le dressage dit « moderne », on observe une focalisation sur l’encolure basse du cheval. Dans l’inconscient collectif, « tête basse » signifie travail du dos. On oublie alors que la « tête en bas » n’est que la conséquence d’un travail juste. Et une encolure forcée, avec des enrênements par exemple, ne fera pas forcément travailler correctement le dos et les hanches, bien au contraire…

 

Les enrênements obligent en effet le cheval à abaisser la nuque, le chanfrein souvent en arrière de la verticale. Les chevaux sont fermés par devant. Ils devraient pourtant l’être par l’arrière. Ce type de travail est alors comparable au « bodybuilding », le cheval étant compressé en permanence et déséquilibré. Des problèmes de santé sont à prévoir, puisque le dos du cheval est figé. Dans sa fonction locomotrice, il devrait pourtant rester souple. Compressé et mal à l’aise, le cheval développe en outre différentes stratégies de compensation, allant à l’encontre même du travail recherché.

 

Mon cheval est bien devant mais ne pousse pas derrière
L’équilibre du cheval tient dans sa sangle abdominale. C’est en travaillant ses abdominaux qu’il monte le dos, et abaisse les hanches. Pour se faire, le cheval doit être gymnastiqué. Cessions à la jambe, épaules en dedans, reculés, transitions, sont autant d’exercices qui permettront la prise de force des abdominaux, et donc la montée du dos, le relèvement du garrot, l’activité des hanches et l’étirement des ligaments de la nuque et du dos. Le dos du cheval formant un arc, lui permettant de supporter le poids du cavalier.

 

Dans l’optique d’un travail juste et sensé, il faudrait donc arrêter de se focaliser sur la tête, et prendre conscience du fonctionnement du cheval dans son ensemble, et par l’arrière. «C'est en mobilisant beaucoup les hanches et sans nous occuper de la disposition du bout de devant, que le cheval s'équilibrera peu à peu, qu'il commencera à prendre confiance dans la main et qu'il s'y appuiera doucement, en fixant la base de l'encolure comme conséquence de l'impulsion acquise » (Nuno Oliveira).

 

Conséquence moderne de la mécanique mal comprise du cheval de dressage
Les derniers championnats d’Europe d’Aix-La-Chapelle l’ont montré, le dressage moderne va droit dans le mur. Le fameux Totilas était irrégulier sous la selle de son nouveau cavalier Alexander Rath. Il aura fallu attendre le lendemain de la reprise et le visionnage de la vidéo pour que l’équipe d’Allemagne s’en rende compte. En outre, certains juges sont passés outre ce problème de taille en plaçant le bel étalon au premier rang. Fort heureusement, d’autres officiels sont restés lucides ! Edward Gal, l’idole de tous, se voyait quant à lui éliminé, son cheval saignant de la bouche. Il fut en outre prit en flagrant délit de maltraitance silencieuse, puisque des clichés le montraient travaillant Undercover en Rollkür.

 

Le Rollkür, méthode de dressage controversée. Des chevaux détruits pour envoyer du spectaculaire, et un travail faussé dans son essence : trot qui s’altère, les posés diagonaux n’étant plus simultanés, pas qui se latéralise, signes de mal être (Fouaillement de la queue, oreilles couchées vers l’arrière, bouche ouverte).

 

Comprendre la mécanique du cheval, et en adapter sa vision. Travailler le cheval pour son bien, et pas pour son égo. Ceci n’est plus une option, mais bel et bien une nécessité urgente, l’art équestre étant entrain de disparaître au profit d’un dressage alliant corruption, fric, et maltraitance silencieuse…

 

 

 

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2020 par equinet.ch