weitere anzeigen
weniger anzeigen

Vaincre sa peur et se remettre en selle

Qui n’a jamais entendu de la part d’un proche ou simplement d’un ignorant l’expression : «  de toute façon l’équitation n’est pas un sport ». Alors que soyons honnête, l’équitation est une activité physique bien plus risqué que le golf ou bien même encore que la pétanque. Le cheval reste un animal imprévisible, rien que de part sa nature et son instinct le cheval préfère fuir. 

La hauteur et la vitesse à laquelle on est lorsque nous sommes à cheval, augmente considérablement le risque de chute pouvant avoir de graves conséquences. Cavalier amateur ou professionnel, on va pas se mentir, nous avons TOUS eu un jour une ou plusieurs frayeurs à cheval. Ne serait-ce qu’après une chute, un parcours d’obstacle un peu plus haut que d’habitude, en balade un bruit ou simplement le vent, un jeune cheval, tellement de situations possible pour déclencher un sentiments d’insécurité. Ces situations ne préviennent pas, elles peuvent arriver n’importe quand et à n’importe qui. 

Ce qui avant nous rendaient heureux peut après ce genre de situation nous terrifier, cela peut même devenir un événement traumatisant plus ou moins important. 

La peur de remonter à cheval n’est pas un sujet à prendre à la légère, il est important de prendre le temps et d’écouter son instinct avant tout, de ne pas se mettre en danger inutilement. 


Qu’est ce que la peur ? 

 
Il s’agit la d’une émotion, qui entraîne la fuite ou le combat du sujet concerné. Ce sentiment est accompagné d’une prise de conscience d’un danger ou d’une situation risquée. 

Quand le cerveau perçoit une situation comme étant dangereuse, le mécanisme de peur se déclenche automatiquement et entraîne alors un certains nombre de réactions physiologiques et biologiques. 

Une intense libération d’adrénaline est alors à observer dans le sang. Cet hormone à pour but d’augmenter la fréquence cardiaque et respiratoire, de dilater les pupilles et de déclencher une intense sudation (suivie d’une odeur plus ou moins désagréable). 

La peur est un instinct de survie permettant aux animaux de se protéger eux et leurs progénitures de situations potentiellement dangereuse ou mortelle dans certains cas. 

 
Fait intéressant : La peur, est une émotion assez particulière, car contagieuse. En effet quand un cheval prend peur et fuit une situation, le troupeau entier suivra sans se poser de question. 

Mais le fait encore plus intéressant, la peur n’est pas uniquement contagieuse entre individus d’une même espèce mais également d’une espèce à l’autre. Pensez au documentaire de la savane, si les gazelle se mettent à courir pour fuir, les autres espèces telles que les zèbres et les buffles déguerpiront également. 


Tout cela pour dire, que si vous avez peur, votre cheval le sentira. Il ne se sentira pas à l’aise avec la situation et essayera de la fuir. En effet celui ci pensera que la situation est dangereuse et que sa meilleure chance de survivre est la fuite.  


Etape numéro 1 : Identifier la peur 

 
Dans un premier temps il s’agit d’identifier ce qui vous fait peur. Les chevaux ressentiront votre peur que vous en ayez conscience ou pas. Ils ont une capacité extraordinaire à ressentir et à analyser les émotions de leurs cavaliers et à réagir en fonction. 

Il se peut que ce soit une peur assez commune, comme la peur de la vitesse ou de se faire embarquer ou éjecter de votre monture. Mais il se peut aussi que cela soit une peur plus personnelle, en aucune façon il faut en avoir honte et la refouler. Il ne faut pas nécessairement un événement traumatisant physiquement pour que le cavalier développe des angoisses, se créer un film, entendent une histoire raconté à l’écurie, monte un jeune cheval récemment arrivé à l’écurie. 

Le soucis avec la peur dans ce sport, c’est que lorsque l’on à peur ou que l’on ne se sent pas en sécurité, on a tendance à avoir des réactions inappropriées et impulsives, qui peuvent surprendre le cheval, et empirer le problème initial.

Le stress ainsi que la crainte sont des émotions parmi d’autres que le cheval perçoit et qui peuvent l’influencer (comme expliquer plus haut)


Beaucoup de cavaliers ayant eu peur un jour ou l’autre décident de ne plus tenter l’expérience au lieu d’affronter la problème, sous prétexte de ne pas être capable. Il se prive alors d’un plaisir, et nous le savons bien que la vie est courte, alors essayons de surmonter vos craintes ensemble. 

Si vous en ressentez le besoin n’hésitez pas à consulter un professionnel, celui ci saura vous guider de façon plus individuelle. 


Prendre sa peur par la main et la surmonter, comment faire ? 


Accepter la réalité, ne pas se voiler la face, accepter ses inquiétudes 
Le premier pas pour guérir et ne plus avoir peur, est d’abord d’assumer avoir peur, accepter que vous puissiez craindre une situation, une personne, un animal ou un objet.  

La meilleur façon de traverser cette situation c’est avec quelqu’un qui à de l’expérience, votre moniteur par exemple ou un proche qui saura vous apaiser et vous accompagner. 

La encore, si le besoin se fait ressentir n’hésitez pas à contacter un professionnel. 

Lutter contre ses émotions et donc ses peurs n’est pas une solution à long therme. 

Chaque être humains sur cette planète à un jour connu ou connaitra la peur, ce n’est pas être faible ou vulnérable qu’avoir peur, c’est être humain. 


2. Analyser l’origine de la peur, revenir à l’essentiel 

Comprendre et analyser de façon objective la situation qui vous mets mal à l’aise. Parlez en à quelqu’un, souvent le fait de dire les choses telles qu’elles sont vraiment à haute voix soulage déjà d’un certains poids. 

Expliquer lui les circonstances, ne bloquez pas sur la peur en elle même, mais posez vous plutôt les questions suivantes : Comment survient ma peur ? Quelles sont alors mes réactions et celles de mon cheval? Quelles seraient les réactions d’un autre cavalier ou de mon moniteur vis à vis de cette situation ? Essayez de vous remémorer la scène qui vous angoisse d’un point de vue externe, si par hasard quelqu’un a pris la scène en vidéo, cela peut s’avérer utile de la regarder. Voir la scène d’un point de vue externe aide à relativiser. 

Etait-ce vraiment un méchant coup de sabot ou le cheval cherchait-il à enlever une mouche par exemple ? Ou encore sur un parcours de CSO, le cheval m’a-t-il fait tomber de manière délibérée ou a-t-il simplement trébucher sur la barre ? 


Tout n’est qu’une question de point de vue finalement. 


Gandhi à dit un jour : « Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort. »


3. Apprendre à faire confiance à la vie et à votre monture pour pouvoir retenter l’expérience 

 
Cela serait dommage de se passer d’un sport comme l’équitation, du plaisir de chevaucher un cheval au dessus d’un obstacle, d’une balade en forêt ou simplement du contact avec le cheval à cause de vos craintes. 

Afin de reprendre confiance en soi, en la vie et en votre cheval il est important de ne pas vouloir aller trop vite et en demander trop au début. Comme on dirait en anglais, il faut y aller « step by step ». Prenez du recul par rapport à la situation, sans l’ignorer ou ne pas y penser du tout, mais l’objectif est de réussir à être plus objectif. 

Admettons que vous vous êtes fait peur sur un parcours de CSO : 

  • Commencer par reprendre confiance sur une séance de plat
  • Mettez ensuite une ou deux barres au sol, passez les doucement au pas puis au trot
  • Séance d’après pourquoi pas un cavaletti au galop même si vous le sentez bien
  • Augmenter la hauteur doucement, arrêtez vous à un niveau bien inférieur à celui ou vous aviez l’habitude de sauter. Et enchaînez un petit parcours à cette hauteur
  • Puis monter petits à petits la hauteur des obstacles, sans forcer
  • Communiquez avec votre monture et n’essayez pas de sauter les étapes

Si vous avez pris peur de monter à cheval, reprenez à pied. Passez du temps avec lui, communiquez avec lui. Offrez lui un jour de pansage, une balade à pied, partez dans un champs à pied le faire brouter, marcher avec lui ou longer le. Une fois à l’aise l’envie de monter dessus reviendra d’elle même. Prenez vous le temps, un tour au pas, puis un cercle au trot et augmentez petit à petit. 


Mieux vaut attendre la saison de concours de l’année prochaine, plutôt que de vouloir aller trop vite et risquer de vous blesser ou de blesser votre cheval. 
Prenez le temps d’apprécier vos progrès et remercier votre entourage et votre cheval, vous formez une équipe.  

« Seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin. »  (proverbe africain)

 

La peur n’est pas votre ennemis, mais un allié 

 
La peur n’est pas uniquement un émotion négative. Vous pouvez l’utiliser pour augmenter vos performances au quotidien. Une fois accepter et canaliser votre peur vous forcera à redoubler votre vigilance, à affuter vos sens, à vous protéger, à connaître vos limites et celle de votre cheval. 

La peur de tomber vous incitera à porter une bombe par exemple. 

N’ayez crainte de votre peur, elle est un allié précieux à votre sécurité. La peur est une émotion  bien-veillante et ne souhaite que vous voir vivre pleinement votre vie. 

Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

© 2020 par equinet.ch